Plus loin

 

Plus loin que le bleu

 


Carlotta, dans le jardin touffu de mon cœur,
Ta fleur bleue erre sur la rosée voluptueuse
De mes désirs, éprouvés par les délictueuses
Caresses de tes douces pétales de bonheur.

Le ciel dans tes cheveux est plus loin que le bleu,
Du bord de la falaise, au vertige de ma passion,
Je plonge dans ton sourire, oui, je suis amoureux,
Comme un adolescent démuni devant la tentation.

Dans mon éblouissement, chancellent quelques vers,
Que j'abandonne ici, comme la poésie baroque,
Oui, pour un seul de tes baisers, je les troque
Pour chanter ton étoile, scintillante de mystère.

La mer dans tes cheveux, danse
Des plumes d'une colombe s'envolent,
Comme l'écume de ta vague ailée
Sur le ressac de ma mélancolie.

 

Sur la trace de l'amour

 

Je ne sais, si un jour, ma poésie rencontrera un vif succès,
Ou du moins, si publiée, elle suscitera quelques émotions
Chez les âmes sensibles à la joie et aux affres de la passion,
Mais, poussière d'azur ne peut pas faire du mal à l'humanité.

Projectiles contre le temps, tiraillés au fusil de ma mémoire,
Mes mots, impacts sanglants, remplis de blessures, tuent
En mémorial, les amours déçus, au fil meurtrier de l'espoir
D'assassiner définitivement la nostalgie, arme de mon vécu.

Au combat de ma solitude, l'ennui reste mon propre ennemi,
Ma victoire, la caresse de rêve d'une femme métamorphose,
Où convergent toutes les joies et les peines, l'amour et la folie,
Un soleil de nuit, aux rais parfumés sur mon cœur morose.

Au fleuve inspiré, mon imaginaire, faire-part froissé, invite
Les eaux bouillonnantes à réchauffer l'abîme de ma nature,
Et, à inonder mon esprit plaintif de ses murmures insolites.
Le courant m'entraîne, au vertige de ses desseins obscurs.

 

L'amour est un sentiment insaisissable, engendré par la vie
Et la mort, un enfant, à l'âme épanouie, nous faisant grandir,
Réfléchissant sur son front de lumière, des horizons infinis,
L'espérance d'un juste bonheur que l'on ne devra plus fuir.

 

ABSENCE

Femme, absente au cadran
De mon amour suspendu,
Dans la fuite du temps ,
Comme définitivement perdue.


Des battements de mon cœur
Je compte toujours épris,
Les interminables heures
à l'horloge de l'ennui.

Le poète Inconnu
Plus loin
Alchimie du verbe
Montagne du souvenir
J'ai été, je suis
Luxure
Le soupirant
Notre rencontre
Ecrivez-nous :
alainmeyer2@wanadoo.fr
D'autres poèmes sur :
http://artpoesie.com


   

 

 

Poésies Poèmes

poésie d'amour

Poesie sur la Corse
J’attends  
Outrecuidance 
L'asile de mes pensées 
Service poésies 
Poesie- art  
La pente des ans
 Dans ce livre ouvert
La source de mes maux 
Un goût de  sang 
 L'achimie du verbe  
Tendances 
Poèmes sur la Bretagne

Mes poésies

 

 

Histoires et contes pour Vos Enfants
 

 

D'autres poèmes sur :
http://artpoesie.com